Les premiers pas sont un peu stressants mais plutôt concluants. Du côté des élèves, ça semble très positif, ils sont très attirés par cette nouveauté et accrochent très bien. Bon, je me doute bien que l’effet nouveauté va s’estomper… mais il reste qu’il est plus facile et plus naturel de fixer le regard de tous sur le tableau en même temps, ce que je peux faire plus régulièrement.

En revanche, je m’éloigne à grands pas de ce vers quoi je tends habituellement, c’est-à-dire l’effacement du prof! Là je suis un peu la star, celui qui manipule, avec plus ou moins d’habileté, l’outil magique… Je suis bien certain que la majorité des élèves brûle d’essayer, mais j’attends d’être moi-même un peu plus à l’aise pour les laisser faire quelques essais.

Premier succès : un travail sur la compréhension orale. Il s’agissait de conseiller des personnages sur le restaurant à choisir en fonction des goûts qu’ils expriment. D’abord j’ai scanné la page du manuel qui recensait les restaurants et leurs spécialités, on a fait correspondre les uns aux autres (tout en annotant à main levée les mots nouveaux ou intéressants, ou en fléchant, trsè utile la flèche!), puis j’ai ouvert le lecteur de son en taille réduite sur la page tout en laissant visible la liste des restaurants. On pouvait donc écouter et réagir directement en piochant dans la liste et en expliquant ses choix.

Je passe sur les détails et sur ce qu’on a fait par la suite, mais j’ai apprécié de me trouver en environnement aussi purement multimédia, où le texte, le son, l’annotation manuscrite viennent se compléter dans une apparente facilité. Les élèves ont très bien réagi, et se sont trouvés, me semble-t-il, en situation de communication assez proche de l’authentique.

Bon départ donc. Je vais travailler lundi avec Jérôme, un collègue de Lettres du lycée pro (dans notre même cité scolaire), lui aussi débute avec un TBI et nous allons sûrement avoir bien des choses à nous dire!

Publicités